LES PRODUITS DE L’AMAP:

 fichier pdf 2020 Les produits proposés par l’AMAP Gelos

 

L’AMAP de Gelos vous propose:

Des légumes de saison.

Des pommes de terre.

Des fruits de saison.

Des œufs.

Du pain (plusieurs variétés de pain au levain). 

Des produits laitiers: lait, fromages frais et yaourts labélisés nature et progrès.

Fromages de vaches.

Fromages de brebis et greuil.

Fromages, caillés, yaourts et greuil de chèvre bio.

Du miel et du pollen.

De la gelée royale.

De la spiruline.

Du poisson: truites, ombles, truitelles, truites fumées.

Du poisson de mer suivant pêche et dérivés.

De la viande: veau et bœuf.

Porc et dérivé.

Des volailles: poulets, pintades.

Du canard frais et conserves.

Haricots maïs frais.

Bocaux haricots cuisinés.

Huile de tournesol et de colza.

Du vin de Jurançon (à boire avec modération).

De la bière (à boire avec modération).

Des contrats ponctuels sont également proposés en fonction des saisons:

Tomates conserves.

Noix

Tous les produits qui ne sont pas mentionnés « bio » sont issus d’une agriculture intégrée proche du bio.

Certains produits peuvent être absent et ne pas être proposés actuellement.

LES PRODUCTEURS VOUS INFORMENT:

La ferme de la spiruline:

jeudi 24 octobre 2019 nous avons visité la Ferme de la Spiruline, mais plutôt que vous en parler nous vous proposons de visiter le site: https://www.spirup.fr/

La fin des inscriptions aura lieu le mardi 19 novembre pour des livraisons qui auront lieu les 27 novembre et 12 février.

ainsi que de voir le PDF ci-dessous:

fichier pdf La spiruline bienfait et mode emploi

fichier pdf Spiruline Spir’up et bienfaits (1)

Photo d’un des quatre bassins à spiruline:

2019.10.24 La spiruline de Buros

La Ferme « La Voie Lactée » de Nicolas LANGLADE:

fichier pdf LA FERME DE NICOLAS LANGLADE

Claire SAPORTA et Pierre SALLE vous parlent de leurs agneaux de lait:

fichier pdf 2016.01.14 Agneaux de lait

Votre nouveau producteur de légumes vous informe:

Dans son mail du 7 mars 2015 Luc LAUNAY communique:

fichier pdf 2015.03.07 Luc LAUNAY communique

Ci-dessous une nouvelle présentation plus complète et détaillée de ce que vous avez pu voir à l’Assemblée Générale  du 11 février 2015 en version PowerPoint, xls et PDF pour celles ou ceux qui n’arriveraient pas à ouvrir le fichier.

fichier pdf Luc se présente

fichier pdf Présentation Luc Launay

fichier xls Liste indicative legumes – prix

fichier pdf Liste indicative legumes – prix

fichier ppt Exemple paniers

fichier pdf Exemple paniers

 

 

Renan LECOU vous présente son installation:

G - PRODUITS ET PRODUCTEURS dans ACCUEIL pdf Miel Renan LECOU

 

 VISITES DE FERMES

 

Compte rendu de la visite de la ferme de Claire SAPORTA et Pierre SALLE lundi 26 janvier 2015:

La ferme de Claire Saporta et  Pierre Salle

bergers à Buzy

Claire et Pierre sont installés à Buzy sur une propriété familiale d’une dizaine d’hectares. Leur cheptel, des basco béarnaises, on peut y repérer des « noires » et des « marrons » non conformes au standard, nées à la ferme.

Nous allons découvrir que le conformisme n’est pas ce qui caractérise Claire et Pierre. Ce dernier nous dit d’entrée de jeu, s’il n’était pas fier de ses produits, s’il ne dégustait pas son fromage avec plaisir, il arrêterait.

Pas conformiste, la ferme n’est pas non plus productiviste. Avec 300 brebis, il n’est produit ici que 600 fromages par an.

La traite se fait à la main, 2h30 à 3h par jour. C’est possible, les brebis ne sont pas « poussées », elles produisent chacune peu de lait. De toute façon, c’est un choix.

Le type de fabrication* de Claire et Pierre ne permet pas la traite mécanique. Le lait doit être d’une propreté irréprochable : il n’y entre aucun ferment, il  n’est pas « tué » (rapidement refroidi) puis fermenté. Les ferments se développent naturellement depuis l’herbe broutée et durant le processus de fabrication.

Les bidons sont lavés à l’ortie blanche, sauf lorsqu’il fait très  chaud et que les risques de développement bactériologique ne sont plus suffisamment maîtrisables.

Sur une photo, on voit 2 bidons de laits dans un bac de « refroidissement ». En plein air, il fait trop froid. La source et ici à 11°.Le lait n’est pas « tué ».Seule une hygiène rigoureuse permet une telle pratique.

Avec un lait fermenté, nous dit Pierre, on identifie 4 goûts, avec cette méthode, 47.

Claire et Pierre proposent un fromage typé, mais aucun ne ressemble totalement à un autre.

L’affinage est démarré sur place et terminé dans un saloir à Gabas. Les fromages sont plus secs que des béarnais traditionnels. Nous les avons goûtés, vous nous en direz des nouvelles. Vous pourrez le faire à votre tour lors de l’AG du 11février, Claire sera présente.

Les brebis se nourrissent avec le fourrage produit sur la ferme complémenté de maïs acheté dans les Landes. Pierre n’en est pas satisfait, « il est séché par chauffage, cela tue une partie des nutriments, dit-il. Il y a sur la ferme des séchoirs à maïs, nous allons en acheter en Béarn, en épis et les faire sécher nous-mêmes, il sera bien plus riche. » L’été c’est la transhumance vers le cirque d’Anéou en vallée d’Ossau près du col du Pourtalet.

Les agneaux de lait, là encore c’est particulier. Pierre a travaillé avec son père le principal de son revenu provenait des agneaux, ils les élevaient  plus longtemps pour les valoriser mieux.       «  Une bonne chose dit-il, il sont un peu plus goûteux, et des petites côtelettes ont commencées à se former. Délicieux. »

Les produits :

  • Les agneaux 12€ le kg. Un agneau 6/7 kg, entier ou demi
  • Fromage : 500g, 750g ou 1kg, 18€ le kg
  • Greuil en barquette de 250 ou 500g, 10€ le kg

————————————————————————————————————————

* Méthode dite « parisienne » crée dans les années 1940 en remplacement d’une méthode vraiment traditionnelle, que les normes actuelles rendraient impossible à pratique

 

Compte rendu de la visite de dimanche 8 décembre 2013 chez Régis LAFON:

A l’occasion des portes ouvertes en Jurançon et sous un magnifique soleil d’hiver, Jean-Louis et moi-même, Serge avons visité dimanche 8 décembre 2013 après-midi la ferme, plus exactement le chai de notre producteur et viticulteur Régis LAFON. Dès notre arrivée aux abords de la ferme le ton est donné, partout des voitures. A notre entrée dans le chai où sont exposés les tableaux de Véronique GAUCHOU alors que sur une table on peut découvrir les produits de la ferme de Bernadette PRAT, c’est une foule compacte qui est là et qui goûte les excellents vins de Régis accompagné par des toasts préparés avec les produits de la ferme, il parait que le matin il y avait encore plus de monde, Régis était content. Après avoir fait comme tout le monde, dégusté, mais avec modération, le très bon cru 2012 nous avons repris la route de Gelos.

 

Compte rendu de la visite dimanche 9 décembre 2012 chez Régis LAFON:

Jacqueline et moi-même Isabelle sommes allées aux portes ouvertes chez Régis LAFON ce dimanche. L’accueil était chaleureux: soleil, tapas pour accompagner la dégustation de ses vins, foie gras local, exposition de tableaux d’une créatrice qui était présente. Bons vins dans un chai rempli de cuves et de monde.

Nous pensons que Régis devait être satisfait de sa journée.

 

 

Compte rendu de visite ferme LADEBAT du premier septembre 2011:

Jacqueline MILHORAT et Serge BORNE avons visités le 1er septembre 2011 la ferme LADEBAT. La ferme de Jean-Luc et Josette est située à 24 km de Gelos (Quartier Labassères à Arros-Nay). Nous avons pu visiter l’ensemble des installations. Tout est parfaitement tenu, un laboratoire qui brille du sol au plafond et l’ensemble des bâtiments aux normes. 30 vaches dont 15 Prim’Holsteim, 14 Montbéliardes et une Abondance produisent par an 220000 litres de lait dont 50000 en vente directe et 170000 remis à la laiterie Danone. Pour assurer la relève 20 génisses attendent pour remplacer les vaches qui ne fournissent plus assez de lait, c’est l’abattoir qui leur est réservé. Chaque semaines Jean-Luc et Josette fabriquent entre 25 et 30 tommes de 4 kg de fromage de vache, 12 Cabarry (lait cuit) et 40 buchettes. Pour ce qui concerne les tommes de 4 kg l’affinage se fait en saloir collectif au col du Soulor. L’alimentation du bétail est assuré presque en totalité par des produits de la ferme : 18 hectares de maïs dont 3 pour la farine humide, 

3 hectares de méteil qui sert également pour la paille Et 22 hectares de prairie pour le foin et la pâture. Le nombre d’adhérent aux contrats fromages de vache est de 32 en hiver et 34 en été. Pour l’AMAP de Gelos la moyenne de livraison est  pour un an toutes les 3 semaines : 20 portions de 250 grammes 8 de 500 grammes 1 de 1 kilo 13 buchettes 

1 Cabarry Soit pour les 17 semaines de livraison : 170 kg de tommes 17 Cabarry 221 buchettes Le total encaissé pour un an est de 2248.30 € soit 187.35 € par mois et 132.25 € par livraison. 

 

 

Visite de la ferme LADEBAT le 20 décembre 2007

Jeudi 20 Décembre 2007, Jean-Louis LABATUT et moi-même Serge BORNE, sommes allés voir un producteur de fromage de pays (exclusivement vache) en vue de vente directe via l’AMAP de Gelos.

Le producteur Michel LADEBAT dont la ferme est située à Arros de Nay nous a fait visiter son site de production.

Toute sa production est faite avec du lait de ses trente vaches issues exclusivement de veaux nés à la ferme dont les races sont Prim’Holstein et Montbéliarde et dont le renouvellement est continu (actuellement une vingtaine de génisses seront bientôt prêtes à prendre la relève). Il est adhérent à la charte des bonnes pratiques d’élevage.

Toute la nourriture provient également de la ferme par la production de foin, de maïs, d’ensilage et de farine humide et également par le pacage dans les prés. Seul le soja n’est pas produit à la ferme

Tous les fromages sont faits à la ferme artisanalement au chaudron dans un laboratoire d’une très grande propreté.

La production est actuellement d’environ 5000 kg par an avec deux types de fromages : le vache qui pèse environ 5 kg chacun et affiné pendant deux à trois mois maximum en saloir et le Cabarry, petit fromage d’environ un kg fait avec un lait chauffé.

Nous lui avons proposé de venir présenter sa production le 16 Janvier 2008.

Prix actuel de ses fromages : 9 € le kilo pour le vache classique et 7.50 € pour le Cabarry.

Serge est d’accord pour s’occuper des contrats, il faudrait comme cela a été expliqué à l’AG qu’un autre bénévole se désigne pour suivre avec lui les contrats.

Le type de ces derniers pourrait être défini à la suite de la dégustation du 16 janvier par les gens intéressés et la productrice, Mme Ladebat. Une livraison pourrait avoir lieu tous les 15 jours ou toutes les 3 semaines sur des quantités de 500g ou peut-être plutôt de 1 kg, à voir.

Serge et moi avons dégusté, le fromage est vraiment très bon et la technique de fabrication au chaudron, très artisanale, donne des produits différents à chaque fois.

Il s’agit ici d’un petit producteur qui ne tient « la tête hors de l’eau », selon son expression que grâce à la vente directe de ses fromages. Donc bon produit, par un petit agriculteur de proximité qu’il est intéressant de soutenir, nous sommes en plein dans l’objectif de l’AMAP.

Bonnes fêtes de Noël et rendez-vous au 26 décembre

Serge et Jean-Louis

PS nous avons demandé à M. et Mme Ladebat de réfléchir à un prix préférentiel pour les amapiens, par rapport au prix du marché, qui ne remette pas en cause leur équilibre économique. Il nous a semblé quand même assez précaire. Mme Ladebat fait le marché de Pau tous les jours, mais elle est à la retraite, ce qui réduit les charges pour l’exploitation. Son fils, le producteur, travaille beaucoup et ne peut visiblement pas faire  plus sauf peut-être augmenter sa production de fromages en diminuant la quantité de lait fournit à la coopérative, les 2/3 de sa production.

Fermier de famille Biscar

Les Biscar habitent à Arbus, leur ferme s’y trouve aussi. On m’avait dit, derrière l’église. Ça fait des lustres qu’on ne m’avait pas filé rencart derrière l’église. Je ne sais si c’est l’assaut des souvenirs qui m’a fait perdre mes moyens, mais il a fallu que je passe 4 fois devant le panneau « Arbus » pour le repérer. Il est petit et tout bleu.

Je fini par arriver à la ferme, une vraie : une cour rectangulaire, entourée de bâtiments. Maryse est là, souriante, accueillante, arrive Jean-André, souriant, accueillant. Ils ont l’air heureux ces deux là, bien dans leurs pompes. C’est peut-être qu’ils sont bien ou qu’ils font un boulot qui leur plait ou que leur environnement super déteint sur eux ou que le climat… ou bien tout cela à la fois, va savoir.

Bon, bref, juridiquement,
la ferme Biscar est une EARL, Entreprise Agricole à Responsabilité Limitée, c’est joli Responsabilité Limitée, ce doit être un terme juridique, parce que les Biscar ne se limitent pas, ils donnent :

des bons produits, sains (ils sont en agriculture biologique),

de la bonne humeur, des fois il en faut quand les amapiens et les amapiennes un peu pressés rendent des pots de yaourts et des bouteilles de lait pas nickel. Maryse, elle le dit, gentiment, mais quand même, c’est beaucoup de travail en plus. Alors que le rinçage, tout de suite après utilisation, c’est pas grand’ chose mais le lait ou le yaourt caillés accrochés au verre, je vous dis pas. Au passage, ça me permet de souligner que les emballages sont en verre, réutilisables, mais faut être gentil avant de les ramener, faut les rincer.

C’est quoi, l’EARL Biscar ?

 Deux exploitants agricoles, elle et lui et une salariée à 1/3 temps, une jeune femme basque que j’ai rencontrée une fois, très sympa.

Soixante hectares de prairie, céréales et protéagineux, vous savez ce que c’est ça ?

Vingt cinq vaches laitières et douze génisses. Vous saisissez, chez Biscar, on  produit la bouffe pour les bêtes, on élève les futures laitières, c’est beau. C’est Jean-André, je crois, qui traie les vaches, c’est une traite mobile sur les prairies, on peut voir, c’est très chouette. On ne dérange pas les bêtes, chez Biscar, quand elles sont bien, sur les pâturages, on va leur demander leur lait, sur place, de début avril à fin novembre. Et elles en donnent les bougres, 25 000 litres par an dont 20 000 transformés vendus à 99% dans des AMAP. Ce sont d’excellents yaourts natures entiers ou demi écrémé, du lait entier ou (devinez) et du fromage blanc. Je vous dis pas le fromage blanc de chez Biscar, non, allez goûter. Après les pâturages, l’hiver, on trouve les vaches en stabulation libre sue de
la paille. Y a toujours un air de liberté chez Biscar

 

Quelles races on y trouve: des Montbéliardes et des Prim’Holstein. Ah les Montbéliardes! Si jolies, typiques et  pour le lait, inégalables. La Prim’Holstein, la première vache laitière en France et dans le monde, j’aime moins. Si vous voulez une photo, faudra chercher

Vous trouverez également des œufs à l’EARL, il y  a cent poules pondeuses. Ils font accueil à la ferme, mais si j’ai bien compris, ils vont arrêter.

Ils appartiennent à l’association « Los d’aci » qui vous concoctent, notamment, des repas à base de produits locaux, une pure merveille, mais nous en reparlerons une autre fois.

Six AMAP profitent des produits bio Biscar : Assat, Lescar, Jurançon 1 et 2, Gelos et Artigueloutan

 

 LES PHOTOS:

La ferme de Vanessa BONILLA et Pascal RÉCHOU en septembre 2016:

2016.09.07 Photos GAEC Portera (2)2016.09.07 Photos GAEC Portera (4)2016.09.07 Photos GAEC Portera (6)2016.09.07 Photos GAEC Portera (8)2016.09.07 Photos GAEC Portera (7)2016.09.07 Photos GAEC Portera (3)